Allaitement d’un deuxième enfant

Allaitement d’un deuxième enfant

Notre fille est née il y a un mois. Elle est allaitée. Notre fils l’est lui aussi, mais il a 3 ans et 3 mois maintenant ! Nous faisons donc du coallaitement (je vous ferais un article spécifique sur ce point).

Vous trouverez l’article sur mon premier allaitement, ici :

L’allaitement de ma fille

À sa naissance, j’ai eu un peu de mal à me réhabituer à l’allaitement d’un nourrisson. En effet, un bambin tète dans n’importe quelle position, en faisant de la gym, en se servant tout seul parfois… Mais pas un nouveau-né !

La prise au sein a donc été un peu compliquée les 2 premiers jours, j’ai eu l’aide de plusieurs des sages-femmes de l’hôpital (qui ont été géniales, d’une grande patience et sans aucun jugement). J’ai aussi sollicité l’aide d’une des conseillères IBCLC du service, qui est venu me réexpliquer les bases : les positions, le tirage manuel et surtout les particularités des nourrissons par rapport aux grands. J’avais oublié le fait qu’elle ne sait pas encore tenir sa tête, donc il faut vraiment bien la placer et la tenir, sinon bébé lâche le sein !

J’ai eu ma montée de lait la nuit du deuxième au troisième jour. Et j’ai donc pu repartir chez moi, en étant plus sereine.

Nous nous en sortons maintenant bien mieux elle et moi !

Nous ne l’avons pas encore pesé depuis sa sortie de la maternité, mais elle mouille bien ses couches, a changé de taille de vêtements et a plein de jolis bourrelets de bébés. Donc tout va bien !

Pas de crevasses ou autres soucis de mon côté et ses freins ont été vérifiés à sa naissance.

La séparation de 3 jours avec mon fils

L’accouchement a été très dur pour lui. Bien que vraiment bien préparé, il a mal vécu la séparation. Il est resté avec Alan tout du long afin de ne pas perdre ses repères et être chez lui avec ses jouets, sa maison, son lit, les câlins de son Daddy pour le rassurer…

Mais il n’avait jamais été séparé de moi plus de 10 h (une journée de travail) et jamais la nuit !

Il a donc lutté contre le sommeil, n’a pas fait de siestes et s’est même relevé la nuit pour vérifier si j’étais rentrée.

Il a aussi beaucoup gardé ses chaussures pour pouvoir aller me chercher. Et a beaucoup réclamé la tétée.

À mon retour, il n’a pas eu de soucis pour reprendre le sein ! Il ne s’est pas sevré et a conservé son réflexe de succion. Il était très heureux que le lait soit revenu.

Nous avons pu faire de longues tétées de retrouvailles.

C’était important pour moi de ne pas sevrer mon fils, car il en ressent encore vraiment le besoin et cela aurait été très maltraitant de faire un sevrage. Il aurait pu aussi faire le lien que le sevrage est à cause de sa sœur, provoquant des rancœurs et des conflits. Nous ne lui avons pas demandé son avis pour avoir un nouveau membre dans la famille, alors ce n’est pas a lui de souffrir vis-à-vis de ça. Il y a déjà bien assez de chamboulements cette année dans nos vies ! Mon souhait est le sevrage naturel. Nous sommes actuellement plus à l’amiable qu’à la demande, mais nous résistons aux difficultés au maximum de nos possibilités !

Avez-vous allaité plusieurs enfants ? Comment cela s’est-il passé pour vous et eux ?

Et si non, pourquoi ne pas l’avoir fait ?

Cet article a 1 commentaire

  1. Rebecca

    Quels bonheurs ces moments ! <3 ça leur apporte tellement maintenant et pour plus tard !

    Troisième enfant chez nous, 3eme allaitement, et beaucoup de bonheur malgré les difficultés !

Laisser un commentaire