Hotel à insectes: Un indispensable dans le jardin

Hotel à insectes: Un indispensable dans le jardin

Vous avez un jardin ou même un balcon ?

Aujourd’hui je vais vous parler d’insectes !

Personnellement j’en ai assez peur, mais par contre ils sont très utiles sur notre planète, voire même indispensables ! Ils ont tous un rôle à jouer dans nos jardins, parcs, champs, forêts… Et leur survie est menacée. Il est donc urgent de se préoccuper d’eux. En effet s’ils disparaissent alors de très nombreuses plantes les suivront, ainsi que des nombreux aliments qu’elles produisent. On ne parle donc pas seulement de leur survie à eux, mais aussi de la nôtre et de nombreuses autres espèces animales comme végétales.

Que peut-on faire pour les insectes ?

Si vous possédez un jardin, alors le choix des plantes et fleurs que vous allez y mettre pourra jouer un rôle très important pour eux, car ce sera leur source de nourriture directe (s’ils se nourrissent de végétaux par exemple) ou indirecte (s’ils se nourrissent des autres insectes). Certaines plantes comme la bourrache (qui attire beaucoup les insectes pollinisateurs) ou la capucine (qui attire les pucerons et protège donc les autres plantes de potentielles attaques) sont très connues pour leur utilité au jardin vis-à-vis des insectes.

Vous pouvez aussi mettre des points d’eau pour ces insectes. Des petites coupelles qui récupèrent de l’eau de pluie placées dans le jardin seront parfaites !

Il faut aussi qu’ils puissent avoir des abris. Et même si vous n’avez pas de jardin, il est parfois possible d’en mettre à disposition par exemple sur une terrasse, ou même éventuellement sur un balcon pour les espèces volantes.

Et cet article va surtout parler de ces abris, souvent appelés « hôtels à insectes ».

Etant donné que nous détruisons une grande partie des habitats naturels des insectes, il est important d’en replacer dans nos jardins. Ils permettent à certaines espèces de pouvoir s’y cacher l’hiver, d’y pondre éventuellement des larves, ou d’avoir un promontoire pour surveiller de haut le jardin. Ne plus utiliser de produits nocifs pour eux (pour nous et pour l’environnement) est là aussi très important. Et réguler les espèces qui nous « embêtent », comme les limaces ou les pucerons peut être fait assez facilement en faisant tout simplement revenir leurs prédateurs ! Il faut refaire une biodiversité dans son jardin.

branches

De quels insectes a-t-on besoin au jardin ?

Certains peuvent être particulièrement utiles au jardin, comme les pollinisateurs (abeilles, bourdons, guêpes, …) ou les mangeurs de pucerons (coccinelles, chrysopes … ). On les appelle les « auxiliaires ». Ils sont très efficaces pour aider au jardin.

Ils se classent en 3 catégories :

  • Les pollinisateurs, qui se nourrissent de nectar et du pollen des fleurs. Ils servent dans la reproduction de certains végétaux.
  • Les parasites, qui prennent pour hôtes d’autres insectes ou larves dont certains comme les pucerons.
  • Les prédateurs qui chassent et sont carnivores ou omnivores et qui font des ravages sur les insectes « moins amis » du jardin.

Parmi les plus importants on trouvera :

  • Les coccinelles. Elles sont très connues pour le fait de manger les pucerons et sont donc très recherchées ! Elles peuvent en manger des centaines par jour. Elles aiment les abris à trous dans le bois notamment.
  • Les abeilles qui, par leur recherche de pollen, vont de fleurs en fleurs et permettent aux plantes de se reproduire.

Chaque espèce aura besoin d’un type de cachette différent et il sera donc judicieux de mieux les connaitre afin de savoir ce que l’on pourra mettre dans un hôtel à insecte.

Je vous invite à aller faire un tour sur ce site, qui décrit assez bien les différents insectes qui auront besoin d’un abri : http://www.hotels-a-insectes.fr/pages/les-insectes-utiles/

hôtel à insecte

La fabrication « maison » d’un hôtel à insecte :

Chez nous, nous n’avons pas (encore) la possibilité de faire un hôtel à insectes. Et à vrai dire, les « volants » se débrouillent assez bien avec la charpente. Les autres, malheureusement sans jardin, sont absents. Dès que nous auront la possibilité de trouver un logement avec jardin nous feront sans doute quelque chose pour eux !

Du coup celui dont je vais m’inspirer pour vous parler c’est celui de Dominique !

Elle a un très beau jardin qu’elle développe au fil du temps en se renseignant beaucoup sur comment faire venir les insectes (et petits mammifères).

Pour fabriquer son hôtel à insectes, elle a commencé par éplucher de nombreux livres et sites internet pour savoir comment faire, quels insectes faire venir, quelles cachettes leur mettre, … Je n’ai malheureusement pas de sources à vous donner car elle n’avait pas pensé à les noter.

Grâce à ces recherches elle a pu faire de nombreuses découvertes sur les insectes, leur vie, leurs cycles, leur rôle, ….  Et je vous invite à faire de même pour mieux comprendre leur intérêt !

Pour la fabrication de son hôtel, elle a utilisé 2 caisses à « vin » en bois qu’elle a assemblées l’une au-dessus de l’autre, puis ramassé 2 planches pour faire le toit. Celui-ci est très important car il permet de garder l’hôtel au sec les jours de pluie et de protéger les matériaux de l’hôtel dans le temps. Le tout étant bien fixé avec des vis et petites équerres.

Pour les différents habitats des insectes, Dominique a recherché des matériaux : des pommes de pin, des tiges de bambous, de la paille, des branches de sapin dans lesquelles elle a fait des trous, des branchages… Elle a aussi pris du carton d’emballage roulé, du carton ondulé épais, de petits pots de fleurs en terre, cassés ou non. Et pour finir du grillage à poule ! Celui-ci a été fixé devant pour maintenir les matériaux en place. Il permet aussi de limiter les éventuelles attaques des oiseaux.

Où trouver les matériaux :

Il est évident qu’il vaut mieux prendre des matériaux de récupération ou trouvé dans la nature. Vous pouvez en trouver bon nombre directement dans le jardin, mais aussi en forêt, dans les chemins de randonnées ou chemins piétons, en campagne, … en vous baladant un peu cela devrait être facile ! Pour les pots en terre cuites, si vous n’en avez pas vous-même, vous pouvez demander aux magasins qui en vendent s’ils n’en ont pas quelques-uns de cassés, ébréchés, à vous donner, en expliquant que ce n’est pas pour des plantes, et donc même des morceaux cela peut vous servir ! Je pense qu’ils doivent avoir une partie de casse quand les cartons de livraison arrivent, ou même en rayonnage …

Vous pouvez aussi demander aux amis, à la famille, aux collègues, … s’ils ont à la maison un peu de grillage à poules qui trainerait dans le garage.

arbre

Et alors concrètement à quoi servent ses matériaux ? :

  • Les abeilles ou guêpes solitaires ont besoin de cachettes types « tiges creuses », donc les bambous par exemple sont idéal pour elles. Des briques creuses peuvent aussi leur plaire. Et très facile à faire : des branches ou petits rondins de bois sec et dur, dans lesquels vous pouvez faire des trous lisses à la perceuse avec des diamètres différents entre 4 et 10 mm, de différentes longueurs. Ça leur permettra de mettre une larve à l’intérieur et de reboucher l’entrée avec de la glaise pour les protéger. Attention il faut que ce soit fermé de l’autre côté et que ce soit bien lisse afin qu’elles ne se blessent pas.
  • Les perce-oreilles aiment les cachettes comme les pots de fleurs remplis de paille. Ils aiment les zones un peu humides, à l’abri de la lumière. Ils sont de très bons chasseurs de pucerons !
  • Les bourdons ont plutôt besoin d’une cachette en forme de « boite » avec un trou à l’avant d’environ 1cm de diamètre pour faire une entrée avec une petite planchette juste sous l’entrée pour faire une « piste d’atterrissage » et d’envol.
  • Les chrysopes aimeront des cachettes style boites avec la face avant percée de fentes. Chez certaines espèces, les larves peuvent manger jusqu’à 200 pucerons par semaine !
  • Des morceaux de bois ou de branches pour les insectes mangeurs de limaces ou d’escargots comme les carabes par exemple.
  • Les syrphes (ces mouches qui imitent les abeilles) adorent les branches de ronces et de framboisier.

Comment faut-il les mettre ?

Il faudra les agencer en « case » (carré, rectangle, triangle, à vous de voir !) dans l’hôtel, afin de chaque espèce puisse avoir son petit coin protégé. Vous pouvez délimiter les espaces avec des planches en bois ou des briques (qui servent aussi de cachettes) ou encore autour d’un pot en terre (avec le fond vers vous). Eviter de le poser au sol afin de ne pas le voir moisir par capillarité … Vous pouvez donc lui mettre des pieds (en bois, avec des briques, …) et le mettre carrément en légère hauteur ou sur une souche !

Attention tout de même aux espèces que vous voulez y voir venir, certaines savent bien grimper mais d’autres non … Dans ce cas pourquoi ne pas faire deux modèles ! Un vraiment en hauteur pour les insectes volants par exemple et un autre avec juste de petits pieds et posé au sol, pour les espèces qui ne volent pas ou ne grimpent pas très bien. Un autre pourrait aussi être suspendu à un arbre, avec des accès à une ou deux branches. A vous de choisir suivant votre jardin, les possibilités que vous avez, et les animaux que vous voulez y voir venir.

hôtel à insecte

L’orientation de l’hôtel et son entretien :

L’orientation de l’hôtel est elle aussi importante. Dans l’idéal il doit être orienté vers le soleil pour aider les insectes à survivre à l’hiver en profitant de la chaleur du soleil, donc un plein sud sera préférable. Eventuellement un sud-est fera aussi l’affaire. Il doit aussi être protégé du vent.

Les matériaux doivent être bien assemblés afin de ne pas bouger (d’où le grillage à poules sur celui fabriqué par Dominique). L’emplacement de l’hôtel est à prendre en compte aussi. S’il est proche d’une source de nourriture il sera sans doute plus prisé que s’il en est loin. Prenez donc en compte l’emplacement de vos parterres, jardinières, prairies fleuries, potager, massifs, haies et arbres !

« J’ai mis le mien près du potager afin que ce soit plus proche pour les insectes pollinisateurs », me précise Dominique.

Certains matériaux seront sans doute à remplacer de temps en temps à cause de la dégradation naturelle, comme pour la paille par exemple. Vérifier régulièrement l’état dans lequel il se trouve. Des oiseaux pourraient aussi venir y prendre de la paille ou des brindilles, il faudra dans ce cas pouvoir en remettre. N’hésitez pas non plus à changer parfois certaines cases si vous voyez que personne ne vient y vivre pendant longtemps, peut-être qu’un autre type de cachette sera utile à une autre espèce.

N’y allez pas trop souvent non plus, les insectes pourraient se sentir en insécurité si vous venez les embêter alors que le but est justement qu’ils s’y sentent bien et protégés.

Votre hôtel ne pourra pas non plus être facilement déplaçable (pour les raisons dites au-dessus) il faudra donc bien réfléchir à son emplacement dès le départ !

hôtel à insecte

Efficacité :

Cela dépend de nombreux paramètres évidemment. La diversité des cachettes entre en compte, ainsi que l’orientation, les matériaux utilisés, la protection face au vent ou à la pluie, de s’il y a beaucoup de prédateurs à proximité et aussi de la nourriture à disposition.

La variété des matériaux et cachettes entre aussi en compte pour multiplier les chances d’y voir différentes espèces.

Cela peut aussi mettre du temps pour que les insectes repèrent l’hôtel et lui fassent suffisamment confiance pour décider d’y aller sans se mettre en danger.

Bilan :

En conclusion de la discussion avec Dominique, je lui ai demandé un « bilan » pour son hôtel qui a maintenant un an. Pour le moment, elle n’y a observé que des araignées et des lézards. Mais son hôtel est encore jeune et certaines périodes sont plus propices que d’autres pour y voir certaines espèces qui ne sont parfois que de passage dans l’hôtel.

Elle a du coup fabriqué de nombreuses autres cachettes dans le jardin qui ne sont pas forcément sous forme « d’hôtels ». Il y a par exemple des tas de branches mortes entassées au pied des arbres et des haies, de minuscules nids remplis de paille suspendus dans les arbres, de petits abris en osier dans les massifs de fleurs ou encore des piles de pots en terre aux pieds des buissons. Ce sont des solutions qui s’offrent à vous si vous n’aimez pas forcément l’idée d’avoir un seul point d’habitat dans le jardin. Ça leur permet aussi éventuellement une certaine tranquillité vis-à-vis des autres espèces.

Quand on se promène dans le jardin, ça bourdonne de tous côtés ! Moi qui ai peur des volants, je ne fais pas la maligne, mais je suis admirative de toute cette vie préservée par quelques fleurs et cachettes dispersées dans le jardin. C’est un jardin vivant, actif, on s’y sent bien ! Je l’ai connu il y a plusieurs années, où il n’y avait que de la pelouse tondue et quelques jeunes arbres plantés. Il est maintenant transformé.

hérissons

Pour vous aider :

Dominique vous conseille quelques livres pour vous aider au jardin (par ordre de préférence) :

Ce sont aussi des sources pour cet article.

Et sur les insectes :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Coccinellidae

https://fr.wikipedia.org/wiki/Forficula

https://fr.wikipedia.org/wiki/Abeille

https://fr.wikipedia.org/wiki/Chrysopidae

Et pour vous amusez dehors, vous pouvez aller lire cet article : https://famille-alternative.blog/dessiner-sur-des-cailloux/

Laisser un commentaire