Premier bilan d’immigration au Canada

Premier bilan d’immigration au Canada

Nous sommes le 27 décembre quand je vous écris.

Notre départ en avion s’est déroulé le 21 novembre dernier.

Pour rappel, nous partions sans travail, sans voiture et sans « logement » sur place. Nous avions juste réservé une location pour une semaine et une voiture à l’aéroport pour quelques jours. Nous sommes partis avec un Visa de résidence permanente. Nous sommes 2 adultes, un enfant de 2 ans et demi, un chien de race Husky et un chat.

Notre destination était Moncton, dans le New Brunswick, au Canada.

 

Trajet Paris/Moncton

L’avion

Nous avons fait ce trajet en avion. Nous avions choisi la compagnie Air Transat et le Kids club enfants, pour être prioritaire aux guichets, avoir des surprises pour notre fils (crayons…), avoir un repas enfant pour lui, choisir nos places…

Nous avons pu passer prioritaires pour l’enregistrement des bagages et des animaux. Heureusement, car cela a pris environ une heure. Il a fallu monter les 2 cages au milieu des autres passagers, dans le hall. Et les cages, hors formats pour les tapis roulants, ont été récupérées à un deuxième endroit, puis le siège auto a un troisième guichet.

Nous avons du coup pris du « retard » et n’avons pas pu passer prioritaires aux autres points d’attentes, puisque nous avons loupé les appels. Nous sommes donc passés avec le reste des voyageurs.

Dans l’avion, la compagnie a été très bien et le vol aussi. Notre fils a lui été compliqué à gérer, ce n’est pas un âge facile pour voyager en avion :

  • Impossible de le faire tenir sur son siège ou sur nous pour le décollage, qui s’est donc déroulé dans les hurlements
  • Je n’ai pu sortir aucun jouet ou livre prévu, car il ne se tenait pas calme et la lecture était impossible à cause du bruit de l’avion.
  • Il n’a dormi qu’un tout petit peu, dans mes bras. Nous n’avons donc nous pas dormi du tout.

Nous avions pourtant bien préparé le voyage pour lui (un jouet en forme d’avion, des histoires sur le voyage et le déménagement, des activités prévues pour l’avion, de nombreuses explications en amont de ce que nous allions vivre…), mais rester assis était trop difficile pour lui. À 2 ans et demi, c’est beaucoup demandé.

Nous n’avons finalement pas eu non plus de crayons ou de repas enfants, puisque c’était dans la limite des stocks disponibles et qu’il n’y en avait pas. Il a eu un repas normal, ce n’est pas grave, il a eu des pâtes !

Nous avons fait l’atterrissage alors que j’étais malade, en vomissements et fatiguée. C’est donc Alan qui a presque tout géré !! La sortie de l’avion, la douane, les papiers d’immigration, récupérer les bagages, enregistrer les animaux, aller chercher la voiture de location, le tout en gérant notre fils en portage au dos ! Pendant que moi, au bord du malaise, je n’ai pu que le suivre. Un médecin est même venu pour vérifier que j’allais bien. Entre fatigue, émotion, surcharge de stress des dernières semaines et trajet en avion éprouvant, mon corps disait stop !!!

Le vol s’est bien passé pour nos poilus. Ils étaient pressés de sortir, mais il n’y a pas eu de problèmes particuliers.

En voiture

Alan a ensuite conduit jusqu’à Québec, où il avait réservé, depuis l’aéroport, une nuit d’hôtel.

Nous nous sommes écroulés de fatigue et nous sommes réveillés très tôt à cause du décalage horaire. Avec le sommeil, j’allais déjà beaucoup mieux pour ma part.

Nous avons pu finir le trajet, en voiture, plus sereinement. Nous étions enfin sur place après tellement d’attente et il ne nous ai rien arrivé de fâcheux. Seule la fatigue a été problématique, c’est tout de même bien, car sur un trajet de cette envergure, il aurait pu nous en arriver des choses !

Nous avions rendez-vous à la banque, sur Fredericton, sur le chemin. Malheureusement, nous sommes arrivés trop tard et nous l’avons donc loupé. Il a fallu y retourner le lundi suivant.

canada

Logement sur place

Une fois sur Moncton, nous étions donc dans un Air b and b, qui nous a permis d’avoir un premier point de chute pour nos valises et dormir au chaud, le temps des premières démarches et recherches. Nous nous étions donnés une semaine pour trouver une location durable. Nous n’avons pas réussi dans ce délai. En fait, entre les démarches à faire, les courses, les recherches, cela prend du temps ! Nous avons aussi rencontré une petite difficulté : nous venions avec des animaux ! Et ici et bien, il est tout à fait légal d’interdire les animaux dans un logement. Nos recherches ont donc été plus difficiles que prévu. Nous avons fini par trouver une location le vendredi de la fin de notre air b and b. Mais nous allions avoir les clés seulement le lundi suivant et sans meubles.

Des amis ont pu nous dépanner en nous logeant quelques jours. Cela nous a permis de trouver un matelas, des draps, des couverts, des ustensiles de cuisine… En ayant un toit pour dormir tout de même !

Nous avons donc maintenant un logement. Un chez nous, que l’on peut aménager comme on le souhaite, en gardant en tête que nous aurons bientôt nos cartons qui arriveront, il ne faut donc pas acheter de choses que nous avons déjà dans nos cartons !

Voiture

Nous avions pris quelques jours de location, avec une grosse voiture (Un Dodge grand Caravan), pour pouvoir faire le trajet de l’aéroport à Moncton avec toutes nos affaires, puis avoir quelques jours pour trouver une voiture pour nous.  

Finalement entre toutes les recherches à faire, nous n’avons pas pu trouver dans ce délai. Nous avons donc repris une location d’une semaine, sur une voiture plus petite (Toyota Sienna).

Puis encore une autre (une Mazda MX5)

Finalement, à force de visites de concessions et de trajets à la banque (sur Fredericton) pour ouvrir les comptes et aller chercher un chèque de banque, nous avons fini par trouver notre voiture : Une Honda CRV.

canada

Papiers d’immigration

Voici les différents papiers que nous avons dû faire, dans les premières semaines de notre arrivée :

Aux services canada :

  • NAS (numéro d’assurance social)

Aux services New Brunswick :

  • Changement de permis de conduire
  • La Medicare (carte de sécurité social)

En ligne :

  • Faire le changement d’adresse (une fois que l’on a un logement) pour recevoir la carte de résidence permanente

Dans une banque :

  • Ouvrir un compte bancaire
  • Faire les demandes de cartes (crédit et débit) et chèque.

Pour la plupart de ces papiers, il est nécessaire d’avoir des preuves de résidence pour les obtenir. Il faut donc un logement (la signature du bail) et une facture. Cela a été un peu compliqué au départ, car nous n’avions pas de logement et que nous avons eu du mal à en trouver un, nous étions donc bloqués pour le reste. Et le logement que nous avons choisi à un loyer « tout compris » donc pas de facture autre. Seul internet n’était pas compris dedans, nous l’avons donc pris rapidement afin d’avoir une facture. L’assurance voiture a pu nous servir aussi.

Nos meubles et objets

Nous arrivions seulement avec nos valises de vêtements (et quelques livres et jeux pour enfants).

Nos affaires sont dans un conteneur. Nous n’avons pas pris nos meubles, seulement le contenu. Nous n’avons pas pris non plus les objets dont nous allions avoir besoin tout de suite, afin de ne pas avoir de doublons une fois le conteneur arrivé (vaisselle par exemple). Nous n’avons pas pris de lit, matelas, linge de lit, car les tailles ne sont pas les mêmes ici.

Nous n’avons pas pris non plus d’objets électriques, car ce n’est pas compatible. Nous n’avons donc pris que certains, que nous faisons fonctionner avec des adaptateurs : brosses à dents électriques, téléphones portables, un PC portable. Et nous avons mis dans le conteneur :

– notre aspirateur (qui pourra se brancher facilement ici, avec un autre chargeur)

– et notre robot de cuisine (qui vaut cher neuf, mais rien d’occasion, donc nous n’aurions pas pu le vendre sans y perdre de l’argent).

Mais alors du coup, nous démarrons avec quoi ??

Quelques vêtements et une trousse de toilette, notre PC et nos téléphones nous ont accompagnés.

Nous avons acheté quoi, une fois que nous avons eu nos clés de logement ?

  • Un matelas et des draps
  • Des assiettes et des couverts
  • Une batterie de casseroles et une poêle
  • Des ustensiles de cuisine (le minimum, car nous avons les nôtres dans les cartons)
  • Un canapé, un fauteuil, une table de cuisine et 4 chaises, un bureau (d’occasion)
  • Des petits objets utiles au quotidien, que nous n’avons pas dans nos cartons : Un beurrier, une poubelle de cuisine, un porte-savon, un poivrier, une brosse à vaisselle…

Nous avons privilégié des objets de qualité, sans plastique ou presque, durable, quitte à mettre un peu de temps à les trouver ! Nous avons aussi décidé de rester dans une démarche allant vers le minimalisme. C’est-à-dire de se poser la question « est-ce que j’en ai vraiment besoin ? », afin de ne pas nous surcharger à nouveau d’objets inutiles à long terme.

Cela prend du coup parfois un peu de temps, car nous faisons plusieurs magasins, afin de trouver celui qui propose ce que l’on cherche vraiment. Par exemple, nous voulions une vraie brosse à vaisselle en bois et non des éponges jetables ou encore un moulin à poivre en verre et non en plastique (ce que l’on trouve principalement).

canada

Et le conteneur ?

Il devait arriver à partir du 16 décembre. Nous venons d’avoir des nouvelles et nous devrions avoir nos cartons dans peu de jours.

En arrivant sur le territoire canadien, nous devons lui faire passer la douane. S’il n’y a pas de soucis avec la douane, la société de déménagement nous livrera ensuite nos cartons directement à notre domicile.

Si la douane décide de faire un contrôle, cela peut prendre plusieurs jours, semaines, ou mois. On croise les doigts pour que tout aille bien.

Nous avons hâte de retrouver certaines de nos affaires !!!

La suite dans un prochain bilan !

Nous sommes le 27 décembre 2019 et nous aurons sans doute beaucoup d’autres choses à dire plus tard. 

Est-ce que cet article vous a plu ?

Vous a-t-il aidé, si vous êtes en démarche d’immigration ?

A-t-il satisfait votre curiosité sur notre voyage ?

Racontez-moi ce que vous en avez pensé et prévenez-moi s’il y a des points que vous aimeriez que je développe plus en détail !

Cet article a 5 commentaires

  1. Laurent B.

    Bravo à la famille
    Merci pour les photos
    Depuis des choses ont dû se passer, bonne année à vous ! et merci pour le récit de vos aventures
    Bises

  2. Fabian

    Content d avoir des nouvelles, toutes cette paperasse c’est compliquée !
    Vous n avez pas un coup de main du service d’immigration ?
    Comment sont les Canadiens ils sont sympa et accueil liant ? Il fait trop froid ?

    1. Anaïs

      Bonjour Fabian !

      Le service d’immigration est là pour les dossiers lors des demandes de visas. car c’est par eux que tout transit et c’est eux qui valide ou non notre demande.
      Une fois sur place, ce n’est pas eux qui nous aide, ce n’est pas leur rôle.

      En revanche il y a des associations ( financées par le gouvernement) qui peuvent nous aider. Le soucis que nous avons c’est la “saison”, c’est la période des fêtes, qui est très importante ici et donc il y a beaucoup de jours fériés ou non travaillés pour cause de vacances. Nous avons donc plus de mal a obtenir des rendez vous. Par contre, ils sont très efficaces pour répondre à nos questions. Ils ne font pas le travail a notre place, mais nous aide en donnant les bons documents et en répondant aux divers interrogations.

      Donc par exemple pour la recherche de logements, ils n’ont rien à nous proposer en dépannage lorsqu’on arrive, pas de logement temporaire, … Par contre ils savent donner toute la liste de sites internet faisant des ventes ou locations de logement. Et ils nous mettent en garde sur les points dont il faut faire attention lors de la recherche.
      Ils ont su expliquer le système bancaire ( avec un autre œil que le conseiller bancaire qui peut avoir tendance à pousser à la vente), vérifient avec nous que l’on a pas oublié certains papiers à faire, savent conseiller sur le système médical, …

      Souvent ce sont des gens qui ont eux même été dans la même démarche que nous et qui viennent donc de d’autres pays. Ils ont eu les mêmes difficultés que nous, les mêmes interrogations, et savent donc y répondre.

      Pour ta question sur les canadiens: Et bien, nous n’avons pas encore d’amis étant nés au Canada, car nous avons tendance à nous rapprocher (sans le faire exprès) d’immigrés. Mais ceux que nous croisons (dans les magasins par exemple) sont très gentils. Nous n’avons pas eu de soucis.
      Pour les températures, cela dépends des jours. Nous nous attendions à vraiment très froid et au final pas tant que ça. Nous sommes parfois en positif, nous sommes aussi parfois descendu en ressenti -19. S’il y a du soleil, c’est tout a fait gérable. Lorsqu’il pleut ou s’il y a du vent, cela devient beaucoup plus “mordant” ! Nous avons eu 3 ou 4 fois de la neige depuis notre arrivée, mais elle ne tient que quelques jours et les routes sont déneigées. Nous espérions en avoir vraiment plus !

      Je ferais sans doute des articles, sur l’accueil des canadiens ou sur la météo, lorsque nous serons installés depuis un peu plus longtemps, pour l’instant c’est encore un peu tôt.

  3. Rebecca

    Quel stress ! Vous avez géré ça comme des chefs, bravo ! J’espère que vous aurez vite vos affaires !

    1. Anaïs

      Merci !
      Oui ça faisait beaucoup de stress, là ça va mieux. Il ne reste plus que la recherche d’emploi et l’attente de nos cartons. Nous avions eu des nouvelles pour les avoir aujourd’hui, mais finalement le chauffeur a eu un soucis donc c’est reporté. Demain et après demain sont des jours fériés du coup ce sera peut être fin de semaine !

Laisser un commentaire